Arthrose en 100 questions



commander la brochure

Edito

En janvier 2000, l'Organisation Mondiale de la Santé a déclaré la première décennie du troisième millénaire comme étant celle des maladies des os et des articulations. Cette "Bone and joint Decade" est d'autant plus justifiée que l'arthrose représente, et de loin, l'affection responsable du plus grand nombre de handicaps dans le monde. L'accroissement du nombre et de l'espérance de vie de la population ne pourra qu'aggraver ce fléau dans les prochaines années... et pourtant... on peut faire quelques chose...

On peut essayer par des moyens simples de prévenir son apparition ; de même une fois l'arthrose installée, des mesures adéquates permettent le plus souvent aux malades de mener une vie normale.

Les sociétés scientifiques rhumatologiques internationales (que ce soit les sociétés américaines comme le collège américain de Rhumatologie ou les sociétés Européennes comme la Ligue Européenne conte le rhumatisme) ont en l'an 2000 fait leur recommandations pour une prise en charge optimale de l'arthrose. Toutes ces sociétés concluent à la nécessité d'une meilleure éducation du patient. L'éducation se veut être plus qu'une simple information. Ce mot "éducation" sous entend qu'une fois informé le patient va pouvoir mieux se prendre en charge. Dans l'arthrose ceci est d'importance car il s'agit d'une affection chronique pour laquelle nombreuses sont les modalités thérapeutiques préventives ou curatives. Le patient doit par exemple savoir adapter ses activités physiques au stade évolutif de sa maladie, il doit bien connaître la nature, les avantages et les inconvénients des médicaments qui lui sont proposés… Ce manuel en abordant les différents thèmes pouvant interférer avec la maladie arthrosique a pour objectif d'améliorer l'information du patient et ainsi lui permettre de transformer cette maladie chronique invalidante en une gène que l'on peut prévenir ou tout du moins s'accommoder et par là même améliorer la qualité de vie du patient arthrosique.

Professeur Maxime DOUGADOS,
Institut de Rhumatologie,
Groupe hospitalier Cochin, Paris