Spondyloarthrite en 100 questions

Les 100 questions

1. Spondylarthrite et spondylarthropathies

5. Qu'est-ce qu'une arthrite réactionnelle ?

Dernière mise à jour : 30-09-2005

Durant la Première Guerre mondiale, un médecin du côté allemand, le docteur Reiter, et deux médecins du côté français, les docteurs Fiessinger et Leroy, ont décrit chez les militaires en campagne une affection associant conjonctivite (inflammation de l'œil, qui est rouge et qui donne l'impression d'avoir du sable dans l'œil), urétrite (écoulement purulent de la verge) et arthrite (inflammation articulaire surtout des grosses articulations des membres inférieurs : genoux, chevilles). Cette affection a été appelée "syndrome de Fiessinger-Leroy-Reiter" ou "maladie de Reiter". Surtout, on s'est vite rendu compte d'une part qu'elle pouvait s'associer à la spondylarthrite et, d'autre part (et de manière plus récente) que cette maladie survenait 2 à 3 semaines après une infection soit génitale (surtout en cas d'urétrite à un germe particulier : le Chlamydia), soit digestive (surtout en cas de diarrhée aiguë secondaire à une infection particulière). Si le germe responsable de l'infection initiale était depuis longtemps facile à retrouver, aucun germe n'était jamais retrouvé dans l'écoulement de la conjonctivite ou dans l'articulation. C'est pourquoi on parlait de réaction articulaire inflammatoire aseptique (non infectieuse) à une infection (siégeant en dehors de l'articulation), d'où le terme d'arthrite réactionnelle. De nombreux travaux de recherche sont en cours pour vérifier que le germe n'est pas en fait dans l'articulation.

À retenir

L'arthrite réactionnelle regroupe des manifestations cliniques associant conjonctivite, urétrite et arthrite apparaissant 2 à 3 semaines après une infection. Cette maladie se retrouve souvent associée à la spondylarthrite. Le plus souvent, elle guérit spontanément en quelques semaines ou moins. Elle peut, toutefois, dans certains cas rares, être plus chronique ou récidiver.
Précédent Haut de page Suivant