Prothèse Articulaire en 100 questions

Les 100 questions

2. Bénéfices attendus et principaux risques de l'intervention

37. Une prothèse peut-elle "casser" ?

Dernière mise à jour : 30-05-2005

Une prothèse peut “casser” comme toute pièce mécanique. Il s'agit de rupture de “fatigue” reproduisant le phénomène observé lorsqu'on tord de nombreuses fois un trombone. La rupture se produit alors par propagation de fissures au sein du matériau. La rupture mécanique peut aussi être le terme d'une usure progressive, survenant très longtemps après l'implantation de la prothèse. Cette complication est vraiment exceptionnelle pour les prothèses métalliques.
Une rupture de la tête de certaines prothèses de hanche en céramique de type zircone a été récemment rapportée. Cette complication était liée à un problème de maîtrise du processus de fabrication. En 2001, l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) en coopération avec la Société Française de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique (SOFCOT) a suspendu provisoirement puis interdit en 2002 la mise sur le marché et la distribution de certains lots TH de têtes de prothèses de hanche, en céramique de zircone (site Internet de l'Afssaps : www.afssaps.sante.fr). Ces prothèses jugées défectueuses présentent un risque de rupture. Vous pouvez consulter le site Internet de la SOFCOT : www.sofcot.fr pour plus d'informations. Aucun cas n'a été signalé avec les têtes en céramique de type Alumine.
Les pièces en plastique des prothèses des doigts (implants en silicone) peuvent se casser, souvent sans que vous vous en aperceviez. Si l'implant devient douloureux, il est alors nécessaire de le changer.

Notre avis

Cette complication est vraiment exceptionnelle pour les prothèses métalliques. Les performances de la métallurgie, la qualité des aciers, des alliages ou des matériaux de frottement utilisés ont énormément progressé depuis une trentaine d'années. Cette complication non exceptionnelle pour les implants de hanche des années soixante a aujourd'hui pratiquement disparu, grâce aux améliorations techniques de fabrication, à l'expérience clinique accumulée, et à l'amélioration du dessin des pièces prothétiques.
Précédent Haut de page Suivant