Prothèse Articulaire en 100 questions

Les 100 questions

3. Préparation pour l'intervention et l'anesthésie

51. Que peut-on faire pour éviter de souffrir juste après l'intervention ?

Dernière mise à jour : 30-05-2005

Pour diminuer les douleurs postopératoires, vous recevrez systématiquement des médicaments efficaces agissant contre la douleur (antalgiques) : paracétamol, morphine, anti-inflammatoires en perfusion (voie intraveineuse) puis en gélules.
Une technique nécessitant votre participation peut vous être proposée dans certains cas. Il s'agit de l'Analgésie Contrôlée par le Patient (PCA). La PCA utilise un appareil que votre médecin programme pour vous apporter un maximum de confort. L'appareil est composé d'une seringue ou d'un réservoir qui contient un médicament pour calmer la douleur (le plus souvent de la morphine) et d'un dispositif électronique ou mécanique que vous commandez par un bouton. En appuyant sur le bouton-poussoir que vous confiera votre infirmière, vous soulagerez votre douleur vous-même en vous administrant votre dose de médicament antidouleur. La pompe est réglée par le médecin, pour éviter les surdosages, et votre douleur est soulagée en toute sécurité. La PCA est dotée de nombreuses sécurités : si une panne se produisait, une alarme le signalerait immédiatement à votre infirmière.
Si vous êtes hospitalisé(e), pendant 48 heures, une surveillance très régulière permet d'adapter les traitements à vos besoins, les infirmières et les anesthésistes quantifieront vos douleurs avec des “échelles” spéciales, pour moduler les traitements. Les médicaments seront donnés par chaque équipe. Dans certains cas, l'anesthésiste associera une analgésie loco-régionale autour des nerfs périphériques de la région opérée. Tous ces traitements antalgiques sont très efficaces et la rééducation destinée à la récupération de la mobilité pourra être débutée très précocement.
En cas de chirurgie ambulatoire, un traitement antidouleur spécifique sera poursuivi lors de votre retour à domicile.

Notre avis

Évitez de prendre vos propres médicaments antidouleur (antalgiques) : l'association avec les traitements prescrits peut être dangereuse. En revanche, signalez votre douleur dès qu'elle apparaît afin de permettre une meilleure prise en charge précoce et énergique. Il existe toujours une solution permettant d'atténuer cette douleur. L'infirmière et le médecin anesthésiste sont là pour vous aider.
Précédent Haut de page Suivant