Prothèse Articulaire en 100 questions

Les 100 questions

5. Convalescence et rééducation

60. Quelle est la place de la rééducation ?

Dernière mise à jour : 30-05-2005

Dans l'idéal la rééducation encadre l'acte opératoire :

Avant l'intervention, le kinésithérapeute s'efforce, malgré vos douleurs, d'entretenir un bon tonus musculaire et des amplitudes articulaires satisfaisantes : cette préparation musculaire à la chirurgie favorise le résultat fonctionnel de l'intervention.
Avant l'intervention, si la marche devient difficile, si vous souffrez beaucoup lors de vos activités physiques, modifiez-les. Essayer le vélo ou la natation L'utilisation d'haltères est déconseillée si vous souffrez des épaules ou des mains.

Dès le lendemain de l'intervention, lorsque cela est possible, la kinésithérapie est débutée afin de vous permettre de retrouver le plus rapidement possible votre autonomie. Les différentes phases de la rééducation sont bien codifiées (cf. annexes) :
- connaissance des gestes déconseillés, hygiène des positions (comment se tourner dans le lit, se lever, mettre un bassin, faire sa toilette, etc.) ;
-
mobilisations passives puis actives avec l'aide du kinésithérapeute (mobilisations manuelles ou grâce à un appareillage : attelle motorisée) ;
-
contractions musculaires d'abord statiques ;
- travail actif pour les différentes prothèses afin de vous permettre de retrouver le plus rapidement possible une bonne fonction de l'articulation (souplesse et stabilité), marche pour la hanche ;
- auto-entretien par des exercices simples et adaptés à votre cas, à faire quotidiennement ;
- conseils en aides techniques pour une autonomie suffisante et préserver votre nouvelle articulation (pince de préhension pour attraper les objets posés sur le sol, rehausseur de toilettes, barres d'appui dans la douche et les toilettes).

Après l'hospitalisation, la rééducation peut-être poursuivie en centre de rééducation, à domicile ou en cabinet libéral de kinésithérapie pour continuer à améliorer votre mobilité.

La place de la rééducation est très variable : elle dépend de vous (âge, besoins, capacités, dynamisme, maladies associées) du type de prothèse et de la voie d'abord, du déroulement de l'opération, de ses suites, enfin de votre environnement et de votre entourage. Certains chirurgiens considèrent qu'une personne dynamique et bien entourée peut rentrer chez elle sans rééducation. D'autres prescrivent volontiers de la rééducation, éventuellement en piscine (après cicatrisation complète), pour restaurer plus rapidement une mobilité et une musculature satisfaisantes. Dans tous les cas, le travail de rééducation avec des poids ou des haltères doit être impérativement surveillé (ou évité) car il peut provoquer douleurs et contractures.

Notre conseil

La kinésithérapie est souvent bénéfique, mais elle n'est pas toujours indispensable. La rééducation est fondamentale pour les prothèses de genou et d'épaule. La prescription de kinésithérapie en centre et en libéral est facultative sauf dans les cas compliqués. La reprise de la marche est un excellent exercice. Suivez les conseils de votre chirurgien et prenez rendez-vous auprès d'un kinésithérapeute expérimenté, connaissant bien ce type de chirurgie, si vous rentrez chez vous après l'intervention. Si des séances sont prescrites.

Précédent Haut de page Suivant