Prothèse Articulaire en 100 questions

Les 100 questions

6. Vivre avec une prothèse

74. Peut-on faire réaliser un scanner (tomodensitométrie) ou une imagerie par résonance magnétique (IRM) si l'on a une prothèse ?

Dernière mise à jour : 30-05-2005

La présence d'une prothèse articulaire n'empêche pas de réaliser une tomodensitométrie (scanner) ou une IRM (imagerie par résonance magnétique). Ces examens ne sont pas dangereux pour la prothèse. Le scanner est une imagerie par rayons X ce qui est donc assimilable à une radiographie habituelle. L'IRM est une imagerie faite à partir d'un champ magnétique qui ne peut pas mobiliser un "gros" corps étranger métallique fixé à l'os (comme une prothèse).
Le problème réel est dans l'interprétation de l'examen : elle peut être difficile car la présence d'élément métallique dans la prothèse crée des artefacts, c'est-à-dire "brouille" un peu l'image obtenue. Notons que certains alliages métalliques dits "a-magnétiques", comme le titane, ne créent pas ces anomalies.
Les progrès de la radiologie tant en scanner qu'en IRM, permettent d'effacer en partie ces artefacts ("brouillages"), d'autant mieux que l'on s'éloigne des parties métalliques. On peut ainsi avoir une image compréhensible. On utilise d'ailleurs parfois le scanner pour, par exemple, vérifier le bon positionnement des éléments prothétiques ou l'IRM pour rechercher, par exemple, la présence d'un hématome au voisinage de la prothèse.

Notre avis

On peut tout à fait, sans risque, faire réaliser, en cas de nécessité, un scanner ou une IRM, quand on a une prothèse articulaire.
Précédent Haut de page Suivant