Myosites en 100 questions

Les 100 questions

site de rencontre pour ado 71 1. 2. Mieux comprendre les myosites et leurs enjeux - Qu'est-ce qu'une maladie auto-immune ?

11. Quelles sont les principales maladies auto-immunes ?

Ciénaga Dernière mise à jour : 12-03-2015

Les maladies auto-immunes sont fréquentes touchant au total 3 à 5% de la population dans des pays comme la France. Schématiquement, il existe deux grands types de maladies auto-immunes :

• Les maladies auto-immunes systémiques, c’est-à-dire capables de toucher plusieurs organes, comme la polyarthrite rhumatoïde, le lupus, la sclérodermie, le Syndrome de Gougerot Sjögren et certaines vascularites. Si la polyarthrite rhumatoïde est fréquente (avec 300 000 patients en France), les autres affections sont plus rares.

• Les myosites touchent principalement le muscle mais peuvent aussi atteindre d’autres organes (coeur, poumon, peau, articulations…). Il s’agit donc de maladies auto-immunes systémiques.

• Les maladies auto-immunes d’organes (c’est-à-dire localisées à un seul organe) comme les thyroïdites (atteinte de la thyroïde), le psoriasis, le diabète de type I (atteinte du pancréas), la sclérose en plaques (atteinte du cerveau et la moelle épinière), les hépatopathies (atteintes du foie) et d’autres. Parmi ces affections, certaines sont fréquentes comme les thyroïdites et d’autres beaucoup plus rares, comme les hépatopathies. Ces maladies peuvent exister isolément ou s’associer.   http://miroironeline.com/?pridew=rencontre-femme-sur-bonneveine&f62=df

Les maladies auto-immunes

À retenir

Les maladies autoimmunes sont des maladies inflammatoires qui, quand elles sont toutes comptabilisées, touchent 3 à 5% de la population française. Il existe des maladies auto-immunes « généralisées » appelées aussi « systémiques » qui touchent plusieurs organes (comme par exemple le lupus) et des maladies auto-immunes « localisées » qui ne touchent qu’un seul organe (comme par exemple les thyroïdites). Ce sont les formes localisées comme les thyroïdites auto-immunes qui sont de loin les plus fréquentes. Les formes systémiques et localisées peuvent parfois s’associer chez un même individu au cours de l’évolution.
Précédent Haut de page Suivant