Sclérodermie Systémique en 100 questions

Les 100 questions

mujeres solteras de 30 a 35 años 2. 3. Mieux comprendre comment se manifeste une sclérodermie systémique - Comment interpréter les manifestations cliniques au cours de la sclérodermie systémique ?

37. Je ressens des douleurs musculaires. Est-ce à cause de ma sclérodermie systémique ?

donde conocer chicas de aínsa Dernière mise à jour : 01-01-2016

North Augusta Oui, les douleurs musculaires, appelées myalgies, sont fréquentes dans la sclérodermie systémique.
Le plus souvent, ces douleurs ne sont pas graves et ne vont pas perturber le fonctionnement ou la force musculaire.
Plus rarement (environ 5% des cas), il existe une véritable inflammation musculaire appelée myosite avec des douleurs mais surtout une faiblesse musculaire (difficultés à monter les escaliers ou à se lever d’une chaise sans s’aider des bras par exemple). Les myosites surviennent en règle au cours des premières années d’évolution de la sclérodermie, plus fréquemment dans les formes diffuses de la maladie.

Quelques examens peuvent être prescrits pour documenter une myosite :
• une prise de sang à la recherche d’une élévation des enzymes musculaires, les créatine-phosphokinases (CPK) ;
• une imagerie par résonance magnétique (IRM) à la recherche de zones inflammatoires dans les muscles ;
• un électromyogramme (EMG) à la recherche d’une souffrance musculaire. L’EMG est un examen qui consiste à analyser l’activité électrique des nerfs et des muscles après l’avoir amplifiée et enregistrée ;
• une biopsie musculaire qui consiste à prélever un petit morceau de muscle sous anesthésie locale et à l’analyser d’un point de vue microscopique.

La mise en évidence d’une inflammation musculaire appelée myosite implique la prescription d’un traitement par de faibles doses de corticoïdes (prednisone) et un immunosuppresseur, le plus souvent le méthotrexate.

À retenir

Les douleurs musculaires sont fréquentes dans la sclérodermie systémique. Le plus souvent, ces douleurs ne sont pas graves et ne perturbent pas le fonctionnement musculaire.
Plus rarement, il existe une véritable inflammation musculaire appelée myosite, s’accompagnant d’une faiblesse musculaire et nécessitant des examens complémentaires et un traitement adaptés.
Précédent Haut de page Suivant