Prothèse Articulaire en 100 questions

Les 100 questions

3. Préparation pour l'intervention et l'anesthésie

47. Faut-il se faire transfuser ?

Dernière mise à jour : 30-05-2005

Le sang est le transporteur d'oxygène indispensable et la tolérance de l'anémie (baisse de l'hémoglobine) est différente d'un sujet à un autre. La nécessité de la transfusion est différente en fonction du type de chirurgie, de son déroulement et de vos réserves. La consultation d'anesthésie permet d'optimiser ces réserves en réalisant une véritable stratégie transfusionnelle. En effet, la transfusion se fait actuellement selon des recommandations et des règles très strictes pour éviter les risques d'infections bactériennes ou virales. C'est en consultation d'anesthésie que les modalités de la transfusion sont fixées, en fonction de votre état de santé et de l'intervention prévue.
Dans certains cas reprise de prothèse de la hanche ou du genou), il sera nécessaire d'envisager une transfusion, car ce type d'intervention entraîne une perte de sang plus ou moins importante. Comme il s'agit d'une intervention programmée, il est possible d'envisager,en cas de saignement majeur, une autotransfusion (transfusion autologue programmée), c'est-à-dire la possibilité de vous faire transfuser avec votre propre sang qui aura été prélevé avant l'opération. Cependant,   actuellement un traitement par érythropoïétine est volontiers prescrit afin de favoriser la fabrication des globules rouges avant l'intervention et éviter ainsi les transfusions (autologues et homologues). En cas de perte de sang importante, vous pourrez recevoir du sang de donneurs de la banque du sang (transfusion homologue).
Ce sang provient d'un système d'approvisionnement régulier fondé sur le don volontaire, anonyme et gratuit. Il est de moins en moins susceptible de véhiculer une hépatite ou le sida, car les règles de prélèvement sont actuellement draconiennes. Ce sang est très surveillé et vérifié, mais le risque zéro n'existe pas. Les précautions prises actuellement permettent de rendre exceptionnels les accidents liés à la transmission des maladies infectieuses telles que les hépatites ou le sida (risque virologique), les accidents liés à une contamination bactérienne mais on ne peut pas exclure des risques inconnus.
Il ne faut pas refuser une transfusion justifiée, cela pourrait vous exposer à un risque de complications cardiaques graves bien supérieur au risque encouru par la transfusion.
Si vous n'avez pas besoin d'une transfusion et si vous le pouvez, devenez donneur de sang régulier et volontaire ; actuellement, les donneurs de sang sont de plus en plus rares alors que chaque jour des millions de personnes ont besoin de transfusions sanguines.

Notre avis

Le risque transfusionnel est 10 000 fois inférieur au risque d'accident de la route. La recherche d'une sécurité transfusionnelle maximale lors d'une intervention chirurgicale programmée nécessite la mise en œuvre d'une véritable stratégie transfusionnelle. Le médecin anesthésiste connaît bien les avantages et les inconvénients de la transfusion et vous proposera la technique la plus approprié à votre cas et à votre état général.
Précédent Haut de page Suivant